Tradim lève 20 millions d’euros pour ses logiciels de gestion des déchets.

Pionnière dans la gestion informatisée de la collecte et du traitement des déchets, la PME parisienne Tradim passe dans le giron des fonds Turenne Emergence et Capital Croissance. Elle compte profiter de l’essor d’un marché porté par de nouvelles réglementations environnementales.

Par Mathieu Viviani
Publié dans LES ECHOS le 10 oct. 2022

Tradim se donne les moyens de suivre « la digitalisation croissante des services de gestion des déchets ménagers ». (Shutterstock)

Spécialiste des logiciels permettant d’optimiser la gestion des déchets, la PME parisienne Tradim change de mains. Les fonds Capital Croissance et Turenne Emergence en deviennent les nouveaux actionnaires majoritaires, moyennant un investissement d’environ 20 millions d’euros, au côté de l’équipe dirigeante, minoritaire. Cette opération embarque une majorité de fonds propres avec un peu de dettes bancaires.

Pionnière sur le segment de ce marché à sa création en 1998, Tradim se donne ainsi les moyens de suivre « la digitalisation croissante des services de gestion des déchets ménagers et d’assainissement de l’eau des intercommunalités », selon Francis Ascione, son président et fondateur. L’entreprise compte 350 clients, dont 235 intercommunalités, le reste étant des opérateurs privés.

Solution de facturation

Elle développe une offre logicielle utilisable en ligne via un abonnement qui permet d’améliorer la gestion des déchetteries jusqu’à la facturation de la redevance de collecte. Elle leur propose aussi une solution de facturation dédiée au marché de l’eau et de l’assainissement. Un secteur en pleine croissance puisque les communautés de communes devront gérer cette compétence d’ici à janvier 2026.

« La trajectoire de croissance de Tradim devrait s’accélérer, portée par une pente réglementaire favorable et par le déploiement progressif de mécanismes incitatifs, efficaces pour réduire significativement la quantité de déchets produite par les usagers », explique Stéphane Saudo, associé de Turenne Emergence.

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte votée en 2015 rend obligatoire la mise en place par les intercommunalités de « la tarification incitative », un dispositif consistant à facturer aux habitants le service de collecte selon la quantité de déchet qu’ils produisent.

Seulement 6,4 millions de personnes en France s’acquittent aujourd’hui de cette redevance, mais la loi prévoit qu’en 2025 25 millions d’habitants seront concernés. Les collectivités qui rechignent à mettre en œuvre ce système arguent que sa gestion est complexe. La simplifier est l’objectif des logiciels de Tradim.

La PME devrait atteindre la barre des 5 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2022, contre 4,3 millions d’euros l’an dernier. Elle emploie 28 salariés répartis entre Paris, Nantes, Dijon et Nîmes.

Mathieu Viviani
LES ECHOS – 10 oct. 2022